ANIMAL HAVE RIGHTS

 

« Les animaux ont des droits, le droit d’être protégés par l’homme, le droit à la vie et à la multiplication de l’espèce, le droit à la liberté et le droit de n'avoir aucune dette envers l’homme.  »

Que ce soit l'industrie cosmétique, l’élevage industriel, les tests sur les animaux en laboratoire ... sont autant de portes qui ouvrent la voie à la maltraitance et à la cruauté de l'homme qui s'accorde TOUS les droits sur les animaux ; de quels droits ?

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'ANIMAL ... une utopie et une obscène parodie dans notre système de mondialisation où les intérêts financiers occultent notre bienveillance envers les animaux !

L'homme n'a eu cesse à ce jour de tout légitimer pour justifier les usages violents envers les animaux, la formule triviale : « On a toujours fait comme ça » 

La question n'est pas : "Peuvent-ils raisonner ?" ni : "Peuvent-ils parler ?" mais : "Peuvent-ils souffrir ?" »

Les animaux, contrairement aux humains, n'ont pas la capacité de faire des choix moraux; ils ne sont liés entre eux, et envers nous, par aucun contrat social. Capables de choix moraux, les humains ont des devoirs, avec pour corollaire qu'ils ont également des droits. Cela inclut le devoir de ne pas imposer de souffrances inutiles aux animaux, mais ne nous empêche certainement pas de nous en servir comme outils (chien policier, cheval de trait, zoothérapie, expérience scientifiques) ou comme nourriture…

La plupart des animaux sont tués pour l’alimentation. Selon la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture), les humains tuent environ 53 milliards d'animaux – c'est 53 000 000 000 d'individus – par an, sans compter les poissons et autres animaux marins.

- 145 millions tués chaque jour
- 6 millions tués chaque heure
- 100 000 tués chaque minute
- 1 680 tués chaque seconde

Comment pouvons-nous justifier cet abattage?

Nous ne pouvons pas le justifier par des raisons de santé. Il est clair que les produits animaux ne sont pas nécessaires aux êtres humains. En fait, de plus en plus de preuves nous montrent que les produits animaux nuisent à l'homme.

Nous ne pouvons pas le justifier par le fait que c'est "naturel" parce que les hommes mangent des animaux depuis des milliers d'années. Le fait de faire quelque chose depuis longtemps ne signifie pas pour autant que cela est moralement acceptable. Les humains ont été racistes et sexistes pendant des siècles. Pourtant, nous reconnaissons maintenant que le racisme et le sexisme sont condamnables au plan moral.

Nous ne pouvons pas le justifier par des raisons écologiques. Un consensus grandissant reconnaît que l'élevage est un désastre pour l'environnement.

La seule raison que nous avons d’infliger ces souffrances et morts à 53 milliards d’animaux par an est que nous prenons plaisir à les manger ; que c’est pratique de les manger ; que c’est une habitude. Non seulement nous utilisons les animaux alors que ce n’est pas nécessaire, mais en plus nous les traitons de façons qui seraient considérées comme de la torture s’il s’agissait d’humains.

Il y a des lois visant à protéger les animaux qui exigent que nous les traitions "humainement",mais ces lois ne servent à rien car les animaux sont notre propriété; ils sont des biens économiques qui n’ont pour valeur que celle qu’on leur accorde. D’un point de vue légal, les animaux non humains sont considérés comme des automobiles, meubles, ou toute autre marchandise que nous possédons.

Parce que les animaux sont notre propriété, nous autorisons généralement les gens à les utiliser dans n’importe quel but et à les faire souffrir horriblement pour parvenir à leurs fins.

Quelle est la solution?

La solution est d’abolir l’exploitation animale, pas de la réformer. La solution est de reconnaître que - comme tout humain, peu importe ses particularités, il a le droit fondamental de ne pas être traité comme la propriété d’un autre - tout non humain sentient (ayant une conscience perceptive) a aussi ce droit.

A vous de voir de quel côté de la barrière vous vous situez !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright 2013 – www.animalrescuecrueltyinvestigations.be - Toute reproduction est strictement interdite et constitue un délit