L'ELEVAGE INDUSTRIEL, BON APPETIT


 

L'élevage industriel intensif, toute comme l'agriculture intensive maltraite non seulement les animaux mais également l'humain !

Oui, l'élevage industriel augmente le chômage car tout est organisé pour utiliser le moins de temps possible et le moins de personnel possible : pour diminuer au maximum les coûts de production, on diminue au maximum le nombre d'emplois.

Par ailleurs, l'élevage industriel est une nuisance grave pour l'environnement ; les riverains des élevages intensifs en sont les premières victimes : nuisances olfactives majeures, nuisances sonores, forte pollution de l'air par l'ammoniac et les poussières, prolifération des mouches et des rats.

L'élevage industriel est une menace pour la santé publique ; les élevages intensifs absorbent des quantités massives d'antibiotiques, ajoutés dans l'alimentation des animaux. Les antibiotiques sont utilisés comme "promoteurs de croissance", pour accélérer la prise de poids des animaux. Pourtant, les antibiotiques sont prévus pour lutter contre des maladies, et non pour servir d'additifs alimentaires. 

La recherche d'une croissance ultra-rapide des animaux a conduit à d'autres erreurs majeures dans la composition de leurs aliments. Une crise grave à secoué la Belgique, en 1999, avec des poulets ayant reçu de la dioxine dans leur alimentation. Mais le problème le plus grave est incontestablement celui de l'ESB (Encéphalopathie Spongiforme Bovine), également appelée "maladie de la vache folle". A l'origine, on trouve l'emploi de farines carnées. En récupérant des déchets carnés, on accroît à moindre coût le taux de protéines des aliments. C'est ainsi que des herbivores reçoivent une alimentation carnée, à base de membres de leur propre espèce ou d'autres espèces animales (y compris des animaux de compagnie). Un fabricant suisse récupérait même du placenta humain provenant d'hôpitaux de Zurich. Et un fabricant français récupérait des matières fécales, à partir des égouts !

Quand aux animaux, on parle d'entassement, de confinement, de mutilations, ... qui provoquent, outre la souffrance insoutenable, un appauvrissement de la santé mentale et physique ; en clair, l'humain est et reste un barbare !

Conséquences sur la santé de l’animal

L’élevage intensif a des conséquences non négligeables sur la santé des animaux. Le contrôle strict de la qualité de l’air et de la température, par exemple, n’y est pas possible. En 2003, au moins 2 millions de poulets et 35 000 porcs sont morts de chaleur suite à une canicule…

Et que penser également des brûlures dues au lisier, conséquence d’une litière qui n’est pas changée pendant la phase de croissance des poussins ? Les poulets de chair quant à eux, voient leurs muscles se développer trop vite. Leurs pattes et même leur cœur ont dû mal à suivre… En résultent de nombreux accidents cardiaques, et des troubles de la locomotion associés à des problèmes douloureux aux pattes (déformations, fractures …). En outre, les organismes, ainsi affaiblis, sont particulièrement sensibles aux germes. Ces élevages sont donc de potentiels foyers épidémiques particulièrement dangereux… Les antibiotiques y ont été largement utilisés à titre préventif, curatif, mais aussi – jusqu’en 2006 – comme stimulateurs de croissance. Ils ont ainsi contribué à la sélection de souches bactériennes résistantes, non seulement chez les volailles ou les porcs, mais également chez l’homme…

Conséquences sur le comportement de l’animal

Le comportement de l’animal est lourdement affecté dans les élevages intensifs. Ses besoins fondamentaux en termes de comportement ne sont pas pris en compte. Les poules pondeuses son enfermées de minuscules cages où elles ne peuvent pas bouger, les truies ne peuvent se soustraire à leurs petits qui cherchent sans arrêt à téter, les veaux sont tenus dans un état anémique (pour que leur viande soit blanche) et loin de leur mère.
Les animaux subissent stress et souffrances multiples. Ils développent des comportements agonistiques à l’égard de leurs congénères, stéréotypés, ou s’automutilent par ennui ou frustration. La réponse des éleveurs est troublante : à la caudophagie des porcs, on répond par la caudectomie ; au picage chez les poulets, par le débecquage ; aux manifestations agressives des bovins, par l’écornage et la pose d’œillères… Les manifestations physiologiques, elles, bien sûr, perdurent : diminution de l’appétit et de l’activité génésique, ulcères gastro-œsophagiens, affections cardio-vasculaires…

La pollution des eaux : L'élevage intensif et agriculture intensive sont liés. Leurs effets se cumulent pour polluer l'environnement et, en particulier les eaux, souterraines et de surface. Dans le rapport ministériel « agriculture et environnement » paru en 2005, il est écrit que la contamination des eaux par les pesticides est préoccupante. Et en effet, il y est précisé que : « 46 % des points surveillés en rivière relèvent de classes moyennes à mauvaises, dépassant ainsi le seuil officiel de potabilité ; ce taux est de 25 % pour les eaux souterraines.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright 2013 – www.animalrescuecrueltyinvestigations.be - Toute reproduction est strictement interdite et constitue un délit