AVANT

APRES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES CREATEURS DE LA MODE OU DE LA MORT ?

 


Les animaux à fourrure victimes de la mode . 

Les créateurs de mode portent une lourde responsabilité dans le retour de la fourrure depuis près de 10 ans dans la haute couture , mais aussi dans les garnitures du prèt à porter . L’industrie de la fourrure a de manière très pernicieuse , ciblé aujourd’hui , de préférence la clientèle jeune qui est moins informée et sensibilisée sur la souffrance qu'endurent les animaux victime de cette industrie

Il est temps de rappeler a ces gamins et gamines immatures qu'il n'y a pas de fourrure sans cruauté , souffrance , violence , envers les animaux et qu'acheter des dépouilles animales pour fabriquer des vètements ou produits annexes , c'est cautionner la souffrance d'animaux magnifiques sacrifiés sur l'autel d'une mode sans éthique . 

Il faut que cette jeunesse , apprenne et constate qu'un manteau nécessite environ : 

-80 visons 
-42 renards 
-40 ratons laveurs 
-18 lynx 
-10 à 15 loups 

Chaque année , pour une mode dérisoire , ce sont à travers le monde , 56 millions millions d'animaux qui vivent dans la souffrance et sont massacrés pour alimenter ce scandaleux commerce de la fourrure . Ce chiffres est en hausse de 10% chaque année depuis 10 ans . 

Comment peut on concevoir un instant qu'au XXIe siècle , ce massacre organisé soit encore perpétré pour satisfaire aux exigences d'intérèts personnel ou économique , d'effets de mode ? 

Il faut savoir que sur 180 animaux tués , la fourrure de seulement 42 d'entre eux est réellement utilisée . Le reste est jeté , en tant de simple déchet .  En effet , 90% des renards d'élevage , ainsi que beaucoup d'autres animaux , sont tués et dépecés uniquement pour fabriquer des garnitures et non des manteaux . 

Trop nombreux sont ceux qui ignorent qu'à partir de véritables fourrures sont fabriqués le col de leur veste , la garniture de leur manteau ou la doublure de leurs gants .  La fourrure se retrouve ainsi principalement sur les cols et accessoires bons marchés . De nombreux consommateurs pensent encore que ces "garnitures" sont réalisés à partir des chutes d'un manteau . 

Pour satisfaire les créateurs de mode et les fourreurs , une vingtaine de ferme d'élevage de vison , sont installées en France , qui représente environ 190 000 animaux .  Encore plus loin , une race de lapin , le lapin orylag , 100 000 animaux , a été créé scientifiquement par l'INRA avec le parrainage de Bernadette Chirac et Anne Marie Raffarin . 

Visons et renards principalement, lapins, Orylag, chinchilla, lynx, chien viverin, etc.

Les acteurs du marché de la fourrure s'emploient à dire et à faire croire que tout est mis en œuvre pour que les élevages des animaux à fourrure soient éthiquement corrects comme le souligne le site des éleveurs de visons de France. 

Pourtant ces fermes d'élevage s’apparentent plus à des camps concentrationnaires avec des centaines de cages les unes sur les autres. Ces animaux ne sortiront de leur prison que pour être injustement sacrifiés pour finir en col, en manteau, en sac, en bottes, en écharpe, etc.. 

Les animaux à fourrure n'auront connu, durant leur courte vie, que les sols grillagés de cages trop étroites pour leurs besoins naturels en matière d'espace. Les abris ouverts sur l'extérieur ne les protègent pas du vent ou des intempéries extrêmes. Leur fourrure n'est pas suffisante contre la rigueur des grands froids hivernaux.

Pendant les fortes chaleurs de l'été, les visons ne peuvent se rafraîchir dans l'eau comme ils le feraient dans la nature. Les éleveurs s'opposent fermement à donner un accès à un point d'eau, pour éviter d'abîmer la fourrure. Condamnés à l'emprisonnement jusqu'à la mort, les animaux se blessent, s'automutilent, s'entre-dévorent. Leurs excréments s'entassent à même le sol pendant des semaines, provoquant des infections qui ne seront pas soignées et faisant pulluler insectes et larves. Dans ces «mouroirs», les maladies telles que la pneumonie se propagent à toute vitesse, ainsi que les parasites, comme les tiques, les puces, les poux.

Comment sont ils assassinés ? 

Le gazage : l'animal est tué par du dioxyde ou du monoxyde de carbone. Des observations de visons tués par cette méthode ont montré l'animal courant frénétiquement dans la chambre à gaz et se débattant pour maintenir sa tête au dessus du niveau du gaz. La mort ne survient qu'au bout d'une vingtaine de secondes voir plus. Faites le test avec la trotteuse de votre montre, vous découvrirez que 20 secondes de souffrance extrême c'est effroyablement long.

L'électrocution : cette méthode consiste à introduire une électrode dans l'anus de l'animal et à en attacher une autre à sa gueule. Ensuite c'est simple, on envoie le courant soit 1000 volts. Idéal pour obtenir une fourrure bien gonflée ! En théorie, la mort devrait être immédiate mais en pratique l'animal terrifié se débat et son bourreau doit souvent s'y reprendre à plusieurs fois en envoyant le courant avant que la bête ne perde conscience. 

Pour les renards, c'est l'électrocution anale qui est la plus utilisée ; le processus consiste à fixer une pince sur le museau du renard, à introduire une barre métallique dans l'anus de l'animal, puis à envoyer une décharge électrique par l'intermédiaire d'une batterie. Et cela ne marche pas forcément du premier coup alors il faut recommencer ! L'animal est littéralement brûlé de l'intérieur… la souffrance est extrême !

D'autres sont frappés à coups de gourdin sur la tête. Les visons sont gazés ou tués par injection mortelle. Des fermiers préfèrent tuer ces animaux en leur brisant le cou. Bien souvent, ces méthodes, pratiquées sur place, ne garantissent pas la mort immédiate de l’animal. Ecorchés vifs ! Les méthodes décrites ci-dessus se sont révélées pour la plupart inefficaces pour achever l'animal: au comble de l'horreur, beaucoup d'entre eux se réveillent au stade du dépeçage! Ils sont écorchés vifs! Mais c'est à chine que revient la médaille d'or de la cruauté !


Sac en peau de croco de chez HERMES,
Paire de pompes en peau de serpent d'Alexander MCQUEEN,..

C'est chaque année que sont tués des millions de serpents, d'alligators, de lézards ou bien encore de crocodiles pour 'la mode'.  Même si vous ne les trouvez pas tous mignons, rappelez-vous quand même qu'ils ressentent la douleur et la peur exactement comme n'importe quel autre animal.

Les serpents, tués pour leur peau, sont souvent cloués aux arbres et écorchés vifs avant d'être jeté dans un tas et souffrir pendant des jours avant de succomber à un choc ou une déshydratation. Les pythons ont souvent un tuyau inséré dans la bouche et sont injectés d'eau afin de les rendre plus faciles à dépiauter. Les serpents et les alligators qui sont dépouillés de leur peau sont généralement capturés à l'état sauvage et très souvent illégalement ; leur peau est arrachée de leurs organes alors qu'ils sont encore vivants. Parce qu'ils sont animaux à sang froid, ils peuvent souffrir pendant des heures voire des jours avant de mourir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright 2013 – www.animalrescuecrueltyinvestigations.be - Toute reproduction est strictement interdite et constitue un délit